AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 




Serpent mystique
Serpent mystique
Originaire de : Rome
Dn : 7530
Domina de : Ioanna



Livia Octavia Sestia

░   Dim 15 Avr - 16:02   ░

Voir le profil de l'utilisateur http://liro.forumactif.fr/  

 
 
Ψ   L. Octavia Sestia   Ψ
Groupe d'appartenance : Citoyens

Identité complète : Livia Octavia Sestia

Origine : Née dans la grande Rome et d'une famille fondatrice.

Liens de parenté : (connus lors de la rédaction de cette fiche)
Descendante d'une riche et influente famille de patriciens, unique fille de Claudius Sestius et cousine du magistrat V. Crassus Sestius.

___________________________________


Chronologie :
  • -101 : Naissance.
  • - 92 : Voyage à travers les provinces de Macédoine et de Thrace avec son père.
  • -86 : Est promise à un riche sénateur mais l'union est annulée.
  • -85 : Est envoyée en Sardaigne en punition de son odieux comportement.
  • -81 : Rentre à Rome dans la demeure familiale.
  • -74 : S'exile à Capoue pour ne pas "nuire" à la carrière de son cousin.


Moralité : Livia, souvent conseillée malgré elle par la déesse Éris, ne recule devant rien pour atteindre ses objectifs. Et ils sont souvent très élevés. Rien ne l'arrête, pour elle, l'amour comme la trahison ne peuvent être abrégés que d'une seule manière : sans hésitation et sans regrets. Personne ne pourrait dire si elle s'est un jour montrée sincère avec quelqu'un, en tout cas, mieux vaut l'être envers elle car elle ne supporte pas la fourberie - autre que la sienne.

Description à volonté : D'un abord froid et réservé, Livia n'est pas une femme qui se laisse approcher facilement. Elle est pourtant très intéressante à côtoyer. Ses nombreux voyages et la qualité des précepteurs qui l'ont suivie lui ont permis de développer un esprit critique et une culture souvent déplacée pour une femme, même pour une riche romaine.




Pour mes statistiques, comment es-tu arrivé sur l'I.Ro. ? /

Quel âge as-tu ? XXVII claus

Et enfin, quelle est la clef du règlement ? /

Des choses à ajouter sur toi ou sur ton personnage ? Euh oui ! C'est plus dur que je ne l'aurais pensé d'avoir des contraintes d'écriture, j'ai ramé pour l'histoire ! Alors Wito ne me ménage pas et dis-moi s'il y a des trucs qui ne sont pas cohérents ou que c'est chiant à lire laughing

Sinon, j'ai pensé que ce passage de la vie de Livia pourrait resurgir un jour. Quelqu'un pourrait la faire chanter ou je ne sais quoi. Qu'est-ce qu'on peut faire d'une telle information ?... Bref, à voir ^^
 




Serpent mystique
Serpent mystique
Originaire de : Rome
Dn : 7530
Domina de : Ioanna



Livia Octavia Sestia

░   Mer 18 Avr - 15:48   ░

Voir le profil de l'utilisateur http://liro.forumactif.fr/  

 
 
Ψ   L. Octavia Sestia   Ψ
"Non, cet esclave ne me plait pas du tout... tu dois t'en débarrasser père."

La petite voix autrefois si innocente et indécise était ce soir affirmée et profonde. En tant que pater familias, Claudius n'avait pas à écouter les revendications d'une femme, surtout pas d'un modèle réduit. Mais quelque chose le poussait à suivre l'ordre énoncé.

Ce quelque chose, c'était moi. Éris. Déesse de la discorde.

J'avais longtemps manœuvré dans l'ombre en poussant Livia a agir comme elle l'avait fait. Aujourd'hui, il était temps de changer de camp. De toute façon, j'avais de grands projets pour Livia, il me fallait la façonner et cette épreuve était une étape dans ma création.

"Qu'a-t-il fait voyons ? Il m'a coûté onze deniers, je ne vais pas le jeter aux mines sur un caprice d'enfant.
- Je ne suis plus une enfant, tu entends ! Plus du tout ! Son cri avait déchiré l'obscurité et imposé le silence à tous les habitants du domus.
- Par la verge de Jupiter Livia, calme-toi ! Je vais croire que tu as attrapé la mort si tu continues. Réponds à ma question et explique-toi.
- ... mes excuses père. C'est que... il m'a volé ! Quelque chose de très précieux, il me l'a volé et ne me le rendra jamais. Je ne veux plus le voir, ne lui fais pas confiance !"

Un peu de doutes par ici, de justes mots employés, un regard désespéré... C'est parfait, c'était tout ce qu'il faudrait à Claudius pour faire interroger l'esclave en question. Et la vérité serait dévoilée... Je suis géniale. Oh, après tout, ne suis-je pas une déesse ?

Jouissant de son machiavélisme, Éris s'évapora, laissant une Livia honteusement enragée face à un père intrigué.

Quelques minutes plus tard, un homme était traîné par les pieds à travers le péristyle jusque dans le bassin central du domus. Livia, debout les bras croisés sur une stola pourpre et émeraude, ne savait sur quel pied danser. Bien sûr sa présence contraindrait l'esclave au silence, d'un autre côté, elle était responsable de ce qui lui arrivait. La jeune fille aurait cent fois préféré voir ce chien expédié à l'autre bout de la République plutôt qu'interrogé par son père. Il y avait toujours un risque.

La déesse se glissa derrière l'esclave sans dévoiler sa présence.


Hm... c'est un tel gâchis. Si tu avais été moins beau, je ne t'aurais pas choisi mais... quel corps, et ces yeux magnifiques et troublants. Tant pis pour toi mon beau. Peut-être contenteras-tu Hadès, peut-être t'accordera-t-il sa protection.

Puis elle se pencha vers son oreille, effleurant délicatement sa joue mal rasée et délivrant des mots que lui seul pouvait percevoir :

"Avoue tout, ton maître sera plus clément envers toi qu'envers sa traînée de fille. Tu ne vas pas te laisser torturer pour cette petite garce, si ? Avoue... avoue et tu seras récompensé, je t'en fais la promesse..."

Le dos lacéré d'avoir été tiré sur la pierre rude du péristyle, le superbe germain, aux yeux verts et à la peau dorée, eu du mal à se remettre sur ses pieds. Ses mains entravées, il baissait les yeux, implorant tous les dieux de lui venir en aide. Les mots d'Éris résonnaient encore en lui et il se demandait si cela n'était pas la meilleure solution. Mais pour avoir défloré sa fille alors qu'elle était promise à un riche sénateur, Claudius l'enverrait aux mines... s'il était chanceux.

Allons, allons, un peu d'action ! Et toi, tu devrais retourner avec ta mère.

En une pensée, Claudius invectiva sa fille de quitter la pièce. Sans tolérer d'objection, il la fit raccompagner par son esclave et demeura près du bassin, seulement entouré de deux de ses gardes.

Oui, oui, beaucoup mieux. Ainsi tu vas pouvoir tout lui raconter...

Poussé par une force invisible et irrésistible, aucun détail ne fut oublié et, devant un Claudius atterré et dégoûté, l'esclave dévoila comment cela s'était produit.

Livia était promise à un homme qu'elle n'aimait pas, elle ne le trouvait pas même à son goût. Effrayée d'être offerte comme une marchandise et de vivre comme une esclave d'un mariage arrangé, il lui fallait trouver une solution. Sans savoir d'où l'idée lui était venue, ni réfléchir à ses conséquences pour elle ou sa famille, elle organisa tout en une nuit.

Le lendemain, ses parents se rendraient à Naples pour visiter des amis, elle serait donc seule au domus avec quelques esclaves, dont le germain. L'affaire était simple : si elle n'était plus vierge, l'union ne pourrait se réaliser et elle conserverait sa liberté.


"Pitié dominus..."

Le lendemain, à peine les premiers rayons du soleil levés sur la villa, l'esclave suintait déjà de sang par tous les pores de sa peau. Fouetté sans doute toute la nuit, la langue tranché et désormais cloué sur une croix bien en vue de tous les passants, il suppliait la mort. Ses yeux n'avaient plus la force de déverser la moindre larme et son esprit maudissait cette jeune garce et les hommes qui avaient autrefois fait de lui un esclave.

Dernière sentence avant de rendre l'âme, dominus approcha avec un couteau. Sans plus de considération, il trancha la verge du germain, le laissant ainsi dépourvu de sa virilité aussi bien dans l'au-delà que dans la mémoire de Livia qui observait froidement la scène du haut de son balcon.


Juste un baiser mon beau, tout est fini, tu as été parfait... tu seras récompensé comme je te l'ai promis.

Déposant le plus délicat des baisers sur les lèvres de l'esclave, Éris le délivra de ses souffrances et l'envoya vers Hadès.

Livia avait eu ce qu'elle souhaitait, son futur époux ne voulu même plus en entendre parler et il se maria, quelques jours plus tard, à la riche et sournoise veuve d'un légat tout juste tombé.
 




Cacahuétoman
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Jeu 19 Avr - 18:54   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   L. Octavia Sestia   Ψ
*Un Wito sauvage apparaît et cacahuètise toute la pièce avec sa gatling-cacahuète*

J'ai lu ta fiche...
Et elle est ...
Elle est ...
ELLE EST...


Très bien very happy !

Le style est très bon, l'histoire est bonne ( vicieuse ! ) et pis y a pas de fautes ! Ou pas beaucoup !
Ou alors je les ai pas vu !

Bon, ton test...
Euh...
Rah...

AHA !

Si l'esclave Germain s'était enfui plutôt que de coucher avec toi, s'il avait été assez intelligent pour savoir qu'il allait avoir des problèmes s'il faisait ça, qu'aurais-tu fait pour te débarrasser du sénateur ?!

(okay, c'est plus court que celle de Valerius, mais j'avais pas d'idées...)
 




Serpent mystique
Serpent mystique
Originaire de : Rome
Dn : 7530
Domina de : Ioanna



Livia Octavia Sestia

░   Jeu 19 Avr - 20:23   ░

Voir le profil de l'utilisateur http://liro.forumactif.fr/  

 
 
Ψ   L. Octavia Sestia   Ψ
C'est pas évident du tout ^^ Plusieurs solutions s'offrent à moi dans ce cas. Soit je tue mon père pour me libérer du pacte, soit je fais tuer le sénateur, soit je lui mets dans les pattes une autre proie...

Je pense que, dans un premier temps, je ferais en sorte de repousser l'échéance en empoisonnant mon père avec parcimonie. Juste assez pour qu'il tombe malade. Dans de telles circonstances, je ne pourrais décemment quitter la demeure familiale et le laisser. Il faudrait que je m'occupe de lui, le mariage serait donc prévu pour plus tard, lorsqu'il serait remis...

Entre temps je m'arrangerais pour trouver une autre héritière de toute aussi bonne facture que moi et la présenter au sénateur. Lors de cette rencontre, je m'arrangerais pour tenir un comportement déplacé et lui prouver que je n'en vaux pas la peine. Si une femme est trop facile ou qu'elle ne sait pas tenir la place qui lui est échue, un homme n'en veut pas.

Du coup, il se lasserait de m'attendre, ou il comprendrait que sa carrière serait grandement entachée avec un engin comme moi à ses côtés... Au final, il en choisirait une autre.
 




Cacahuétoman
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Jeu 19 Avr - 20:30   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   L. Octavia Sestia   Ψ
hmm... s'parfait ! Tu es VALIDÉE !

(ouh je suis fier de moi !)
 








Contenu sponsorisé

░   Aujourd'hui à 11:37   ░


 
 
Ψ   L. Octavia Sestia   Ψ
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Iliade Romaine ::  :: - accéder à la catégorie - :: Recueil des fiches validées-