AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 




Reine de l'Arène
Reine de l'Arène
avatar
Originaire de : Perse
Dn : 339
Esclave de : M. Valerius Serenus



Shiva

░   Mer 18 Avr - 0:43   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Shiva   Ψ
Profitons, profitons de ma connexion complète à Internet!

Groupe d'appartenance : Esclaves (Gladiatrice)

Identité complète : Shiva/ Thyra (nom d'esclave)

Origine : Elle est originaire du territoire des Amazones en Asie qui correspondait alors à l'empire Perse. (merci Wito)

Liens de parenté : Shiva est née de l'union d'une amazone et d'un père inconnu. Elle a de surcroît, un jeune demi-frère de 3 ans son cadet nommé Kaveh. Cependant, lors de leur capture, Shiva fut séparée du reste de sa famille et ignore à présent où ils se trouvent.

___________________________________

Récit d'un fait marquant : voir dans le prochain message
...

___________________________________

Chronologie :
  • -96: Naissance en Asie.
  • -94: Début de son apprentissage rudimentaire du maniement des armes, notamment de l'arc, délivré par les Amazones.
  • -93: Naissance de Kaveh
  • -91: La petite famille quitte le territoire des Amazones qui ordonnaient soit la mort, soit l'abandon de l'enfant mâle, et commence un long périple à travers l'empire Perse.
  • -90: Arrivée dans une petite ville située près du Detroit du Bosphore.
  • -89: Suite à l'attaque de l'armée grec, la petite famille est faite prisonnière avec d'autres perses puis est séparée en plusieurs cargaisons. Shiva arrive à Sparte quelques semaines plus tard et est vendue comme esclave à un laniste dont l'esclave Gorgias lui apprendra le grec et le latin, ainsi que la littérature, la poésie et la cartographie à sa propre demande.
  • -84: Début de son entraînement auprès du doctore où elle se révélera redoutable armée des armes les plus légères.
  • -81: Tue son premier félin lors d'une mise à l'épreuve du laniste.
  • -80: Lors d'une visite du temple sacré de Sparte, Artémis se montre à Shiva et lui ordonne de ne jamais oublier ses origines. L'amazone devient alors plus farouche et indomptable que jamais, ne laissant aucun homme l'approcher et luttant férocement.
  • -75: Deuxième rencontre avec Artémis qui confie à la guerrière qu'elle devra bientôt lutter avec toutes ses armes si elle espère recouvrer la liberté un jour autrement que par la mort.
  • -74: Arrivée à Capoue parmis un convoi de grecs rebelles.


Moralité : Shiva est comme qui dirait une personnalité agitée. Sans cesse en réflexion, elle se questionne sur tout et fatalement sur sa situation d'esclave. Elle est de surcroît très curieuse depuis sa jeune enfance et apprend vite, utilisant souvent ses nouvelles connaissances contre celui qui les lui délivre par taquinerie, mais surtout pour se voir allouer quelques avantages la rapprochant peu à peu de son but ultime. Peu sociable à cause de sa condition de servitude qui la révulse, elle n'a accordé sa confiance qu'à Gorgias, l'esclave qui l'a recueilli et ne s'embarrasse donc pas de la mauvaise graine qui pourrait nuire à ses projets. De plus, un vieil instinct légué par les amazones et alimenté par on ne sait quel mystère, la tient éloigné des autres hommes, êtres dont elle se méfie profondément et qu'elle méprise en égale proportion. Elle reste cependant relativement agréable à vivre pour ceux qui ne tente pas de l'asservir et de la diminuer, c'est à dire, soyons honnête, pour de rares privilégiés. Dans le cas contraire, elle peut se montrer cruelle, voire impitoyable ne pliant jamais face l'adversité et affichant ouvertement une fierté qui se veut parfois déplacée. Elle ne se montre que rarement machiavélique. Elle préfère de loin faire preuve de violence plutôt que de jouer trop longtemps au chat et à la souris, la patience n'étant pas une de ses premières qualités. Quant à ses entraînements, elle se montre rarement docile et se réjouit de la colère du doctore ce qui lui vaut de nombreuses punitions qu'elle supporte sans rechigner attirant l'admiration mais aussi l'animosité des autres esclaves du ludus.

Description à volonté :
  • En tant que gladiatrice, Shiva fait preuve d'une grande vélocité et d'une agilité féline. Ses coups sont portés avec une redoutable précision. Sa force cependant lui porte préjudice et ne peut rivaliser avec les gladiateurs masculins.
  • Lorsqu'une jeune vierge farouche et indomptable arrive à Capoue avec la ferme intention de récupérer sa liberté dans le sang s'il le faut pour retrouver son frère... Et paf, ça fait des chocapic!




Pour mes statistiques, comment es-tu arrivé sur l'I.Ro. ? N.U

Quel âge as-tu ? (ou une tranche) XVIII-XIX

Et enfin, quelle est la clef du règlement ? Très bien ^^ - Ok Livia

Des choses à ajouter sur toi ou sur ton personnage ? <3




Spoiler:
 
 




Reine de l'Arène
Reine de l'Arène
avatar
Originaire de : Perse
Dn : 339
Esclave de : M. Valerius Serenus



Shiva

░   Mer 18 Avr - 15:52   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Shiva   Ψ
    Témoignage de Gorgias: L'arrivée de Shiva

    Je l'observais silencieusement. Recroquevillée dans un coin de la salle, elle jetait sur nous un regard mêlé de peur, de dégoût et d'une brûlante passion. Ce fut cette dernière qui m'interpella dès mon entrée. Mon maître, engagé dans une négociation difficile avec le mangon n'avaient pas même eu le temps de leur jeter un œil. À vrai dire, c'était l'unique raison de ma présence, je devais le précéder dans cette inspection afin d'éviter que le marchand d'esclaves ne réfléchisse un peu trop à la façon de le détrousser ou de lui jouer un mauvais tour quant à la marchandise. J'avais alors sans plus attendre exaucé ses désirs.

    La cargaison était une des plus étranges qu'il m'était arrivé de voir. Entièrement composée d'enfants mâles excepté une petite fille, je ne leur avais trouvé aucun trait semblable à ceux des hommes que je côtoyais habituellement. La plupart possédaient une tignasse ébène surmontée d'une couronne témoin de leur statut de prisonniers de guerre, et leur corps nu pourtant si jeune laissait déjà entrevoir des esquisses de muscles redoutables. Leur regard farouche malgré leur position d'impuissance m'émerveillait et leur beauté naturelle et sauvage attisait ma jalousie. Des esclaves qu'on livrerait sûrement à l'arène. Du moins, ce fut à mes yeux la place qui leur revenait de droit. Et mon maître, puissant responsable des ludis ne devait pas être loin de rejoindre ma pensée.

    Alors que je les détaillai les uns après les autres, une bride de conversation à côté de moi m'interpella. Ces enfants étaient tous, sans exception, de jeunes perses enlevés quelques semaines plus tôt et amenés directement à Sparte. Je fus pris d'une étrange panique à cette nouvelle. J'avais souvent entendu des rumeurs à leur sujet. J'y avais d'ailleurs parfois fervemment participé. Ils étaient partout décrits comme des monstres ignobles, cruels et impitoyables qui égorgeaient femmes et enfants dans leur sommeil. On leur prêtait toutes sortes de crimes plus répugnants les uns que les autres. Des barbares et rien de plus. Pour rien au monde je n'en aurais voulu un sous le même toit que moi. Mais en ce jour malheureux, je n'y trouvais aucune échappatoire. Mon dominus y voyait déjà une véritable opportunité et je le savais assez obstiné pour ne pas céder devant mes recommandations. De plus, il ne lésinait jamais sur les moyens d'obtenir l'objet de sa convoitise. Mes craintes autant que l'argent à écumer ne seraient que du vent à ses yeux. Je n'avais pas d'autres choix que de m'y résoudre.

    « Qu'attends-tu Gorgias? Va les tester! » Ordonna mon maître d'une voix rude
     

    Perdu dans mes pensées, je sursautai à l'énonciation de mon nom. Le marchant ayant cessé de débiter ses vils négociations me regardais à présent avec suspicion. Un fouet à son côté, identique à celui de mon dominus, ondulait jusqu'au sol mimant avec perfection le corps d'un serpent mortel. Je sentis la peur monter en moi, d'un côté l'instrument de tortures, de l'autre ces créatures infectes qui me narguaient avec leurs dents pointues. Un coup d'œil à mon dominus suffit à me décider, il était sûrement un des moins cléments de Sparte et je redoutais de subir le fouet pendant plusieurs heures. Je n'y survivrai d'ailleurs pas.

    Avisant que je tremblais de tous mes membres, je tachai de calmer ma peur et de reprendre contenance. Après tout, ce n'était que des enfants et le mangon les empêcherait de me faire du mal. Du moins, je l'espérai. J'avançai alors, résolu dans tous les cas à mourir dans d'atroces souffrances. Me tordant les mains d'anxiété, j'arrivai devant le premier garçon aligné contre le mur. Pour le coup, il me regardait avec une égale peur à la mienne. Ses yeux écarquillés d'angoisse étaient le parfait reflet de mes tourments. Je tendis alors la main et apposai un doigt contre son front. Il fit un écart brutal sur le côté me surprenant à tel point que je fis moi même un bon en arrière, terrifié. Je n'avais plus aucun doute, Hadès lui même avait enfanté ces êtres du mal.

    « Que fiches-tu Gorgias, arrête de trembler comme une jeune vierge et continu! »

    Avec peine je constatai que mon maître n'avait aucune compassion pour un pauvre esclave comme moi, je devais sans cesse subir sa cruauté tout en lui étant d'une indéfectible loyauté si j'espérai rien qu'un repas à peine potable. Il ne me soulagerait pas de ce travail horrible. Sans épargner d'un regard sombre le barbare qui m'avait fait défaillir, je m'approchai du second enfant réitérant la manœuvre. Il se contenta de se tasser plus fermement contre le mur, espérant sans doute s'y enfoncer et y disparaître. Ce qui à mon goût aurait été préférable. Le même phénomène à peu près semblable se produisit pour l'ensemble des jeunes perses. Ne restait plus qu'à tester la fillette recluse au coin du mur. Le plus difficile étant passé, je mourrai d'envie de finir cette basse besogne et m'empressai alors de toucher du bout du doigt le front de la petite. Celle ci me fit un drôle de regard et ne recula pas à contrario de ses semblables masculins. Elle me toisa à la fois dégoutée et haineuse, la peur l'avait désertée. Et était revenue se loger dans ma poitrine.

    Je la sentis frissonner de rage sous mon index et avant que je ne puisse le retirer, elle planta ses crocs dans ma chair. Je poussai sans retenu un hurlement d'agonie. Je le savais! Le dieu de la mort cohabitait dans ce peuple primitif et aspirait mon âme à travers un de ses réceptacles. Je fermai les paupières, ne pouvant supporter plus longtemps que l'enfer me regarde de haut. Alors que je me sentis vaciller, un claquement sonore fit vibrer l'air et la créature qui me retirait lentement la vie me lâcha. Je rouvris brusquement les yeux et reculai précipitamment en titubant, retrouvant avec réconfort les pieds de mon maître. Il ne daigna pas tourner la tête vers moi et se contenta de me donner un coup de pied afin de m'éloigner. Une telle injustice me révulsait, qu'avais-je donc fait pour récolter autant de mépris?

    « Regarde Gorgias, même la chair pourfendue, elle n'a pas émit un mot, seules ses larmes silencieuses témoignent de sa douleur. Tu es pitoyable. Regarde-la! Tu es bien moins résistant qu'une petite fille! »

    Je me drapai dans mon indignation avant de tourner la tête vers l'objet de ma déchéance. L'enfant écroulée au sol levait vers nous un visage tourmenté. Temointes de sa douleur, des larmes ruisselaient sur ses joues traçant de fins sillons sales sur leur passage. Une longue zébrure d'où suintait un liquide pourpre traversait son dos de part en part. Le fouet n'avait pas claqué dans l'air comme un avertissement mais avait directement frappé l'inconsciente, la lacérant de ses propres crocs redoutables. Et elle n'avait pas émis un son. Je la détaillai, stupéfait de ce mutisme. Puis passé l'étonnement, ma raison revint à moi. Évidemment qu'elle ne hurlait pas, elle marchait à côté de la mort, il lui avait donc conféré cet ultime résistance. Quoi de plus normal! Je m’apprêtai à faire part de mes soupçons à mon maitre, lorsque celui-ci invita, à ma plus grande horreur cela va sans dire, la fillette à s’approcher. Tandis qu’elle s’exécuta difficilement, je bondis sur mes pieds et reculai de quelques mètres.

    « Mai-mai-maître! Le di-di-diable est en e-e-elle! Tu ne dev-devrais pas…
    -Silence esclave, tu commences à me fatiguer avec tes délires puérils! Mangon! Connait-elle notre langue? »
    Ajouta-il en se tournant vers le marchand.

    Sans l’ombre d’une hésitation, l’intéressé prit la parole, un sourire carnassier aux lèvres:
    « Je ne crois pas, elle ne parle pas, mais elle apprend vite, je peux te l’assurer. 
    - Et comment sais-tu ça si elle ne parle pas dis-moi? »

    Je laissai échapper un ricanement ironique. Mon maitre n’avait pas eu besoin de beaucoup d’efforts pour tourner en dérision ce sale type. Mais mon rictus s’effaça bien vite lorsque mon dominus s’intéressa de nouveau à l’enfant et s‘accroupit près d‘elle. Elle leva sa petite tête fourbe vers lui. Je voyais dans ses yeux la lueur de la perversité et l’opacité de la mort. Et puis quoi? Si j’étais le seul être raisonnable qui avait compris le petit jeu d’Hadès, tant pis pour lui! Il ne voulait pas prendre en considération mes avertissements, je l’attendrai au tournant.

    Je voyais l’enfant trembler à mesure que l’adulte s’approchait d’elle. Était-ce de froid dû à sa peau nue, de douleur ou de peur? Toutes les raisons me comblaient de joie. Pas de pitié pour les protégés d’Hadès! Je me renfrognai lorsqu’il lui demanda son nom. Avec un peu de chance, son manque de culture linguistique le refroidirait et on partirait vite d’ici, les mains vides de préférence au vu de la marchandise proposée. La fillette secoua la tête, perdue et effrayée. Mon maitre ne se démonta pas pour autant. Avec un sourire qui ne lui ressemblait guère, il se releva lentement.

    « Eh bien tant que tu ne sauras pas me répondre, je t’appellerai Thyra. Gorgias! Prends-la avec toi et va m’attendre un peu plus loin le temps que je fasse les comptes. »

    L’ordre manqua de me faire étouffer. Je voulus protester de plus belle mais le regard menaçant de mon dominus m’en dissuada. Accablé, je fis signe à l’enfant de me rejoindre. Avec prudence, je sortis la cape prévu à cet effet et la déposai sur ses frêles épaules avant de m’éloigner avec elle. Je posai des yeux effrayés sur la fillette qui marchait docilement près de moi. Lorsqu’elle sentit mon regard, elle leva le menton dans ma direction et m’adressa un sourire d’excuse timide. Contre toute attente, je ne pus m’empêcher de le lui retourner.



Spoiler:
 
 




Cacahuétoman
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Ven 20 Avr - 12:00   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Shiva   Ψ
*Fais tomber l'énorme tampon de validation sur la fiche de Shiva*

VALIDÉE !

En plus t'as de la chance ! J'ai eu une idée direct en lisant ta fiche, j'ai pas eu a me passer le cerveau a la moulinette pour trouver ce que je te ferais faire !

TAC :

Un soir, dans la demeure de ton dominus tu vois l 'esclave qui t'as recueilli (on va dire que c'est un homme) pleurer et gémir de peine dans un coin. Après lui avoir parler, il finis par t'avouer la raison de sa peine : Il t'aime ! Et il ne supporte pas de savoir que tu vas aller dans l'arène et que tu risque d'y mourir !

... Et là, SBAM, que fais tu ?!
 




Reine de l'Arène
Reine de l'Arène
avatar
Originaire de : Perse
Dn : 339
Esclave de : M. Valerius Serenus



Shiva

░   Ven 20 Avr - 15:05   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Shiva   Ψ
Hm je pense qu'après avoir ouvert de grands yeux pendant une bonne demi-heure (restons raisonnable xP), je... C'est difficile comme positon ça! Je ne voudrais pas le blesser, ni m'attirer l'animosité de la personne en qui j'ai le plus confiance. Craignant de me retrouver vraiment sans appui, je pense que sans accepter ses avances je lui laisserai un faible espoir afin de toujours m'assurer sa loyauté. Quant à l'arène je lui promettrais de ne pas mourir dedans avec toute ma conviction mais en sachant au fond de moi que la réalité serait différente.
S'il continue à se lamenter... Je l'assomme (à coup de balais na mais oh! X'P)



Spoiler:
 
 




Cacahuétoman
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Ven 20 Avr - 15:19   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Shiva   Ψ
Okay !
Allez, vas donc te bastonner !
 




Serpent mystique
Serpent mystique
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 7530
Domina de : Ioanna



Livia Octavia Sestia

░   Ven 20 Avr - 15:23   ░

Voir le profil de l'utilisateur http://liro.forumactif.fr/  

 
 
Ψ   Shiva   Ψ
Il est trop rapide machiavel j'espère que ce n'est pas le cas pour tout *tousse*

Chère Shiva, étant donné que tu es une esclave, tu reçois une dot de 1dn. Fais-en bon usage... achète-toi du pain rassis ! *muahahaha je suis méchante*
 








Contenu sponsorisé

░      ░


 
 
Ψ   Shiva   Ψ
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Iliade Romaine ::  :: - accéder à la catégorie - :: Recueil des fiches validées-