AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 




Déesse des désirs secrets
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 129



Sylla

░   Lun 19 Nov - 12:57   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Groupe d'appartenance : Esclaves

Identité complète : Sylla...

Origine : Romaine. Née et élevée a Rome... Son nom lui vient de sa mère, d'origine grecque...

Liens de parenté : Pallathea, mère esclave...
Himéros, Dieu du désir, père, dont elle ignore tout.

___________________________________

Récit d'un fait marquant :
C'est par une belle journée ensoleillée que ce drame s'est déroulé, pas un nuage ne pointait a l'horizon.
La beauté est une malédiction.
L'esclave Sylla, possédait une beauté que toutes les femmes devaient lui envier, et qui faisait naitre le désir dans le coeur de tous les hommes, alliée a une fraicheur, une douceur, une candeur qui pouvait, au premier regard, vous rendre sur de son innocence. Elle était si sage, docile, et obéissante, que tous l'aimaient… Certains, hélas, davantage que d'autres. Trop sans doute.
Gaius, le meilleur ami d'Hoponé, le maitre de maison, s'était épris d'elle dès le premier regard. Il avait dès lors pris tous les prétextes pour se rendre dans la demeure de son ami pour la voir, même a l'insu de celui-ci. Il lui faisait la cours, comme a une citoyenne, et, sachant que son maitre souhaitait la garder pour lui seul, l'obéissante enfant cherchait toujours a s'esquiver, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus se contenir.
Ce jour-là, Gaius entra chez Hoponé et surpris Sylla en train de se laver. Fou de désir, il se jeta sur elle et la couvrit de baisers. La belle esclave ne protesta que par des mots, sans même chercher a crier. Sachant qu'elle ne faisait pas le poids, elle ne chercha pas a lutter physiquement. Comment aurait-elle pu justifier de frapper ou blesser un romain ?
Sur le marbre froid, il la pris sauvagement, la possédant en lui répétant qu'il l'aimait, et en louant sa beauté. Dans ses bras, la belle pris incontestablement du plaisir, gémissant et réagissant de la discrète et troublante façon qu'ont les femmes qui prennent vraiment du plaisir et que l'on voit si rarement.
C'est a cet instant que le maitre de maison, Hoponé, rentra chez lui, surprenant les deux amants. Hoponé était plus épris de la jeune esclave qu'il n'avait pu l'être de sa propre femme avant que celle-ci ne meurt en couche. De la voir ainsi le rendit fou.
Il pris un couteau et poignarda son ami a plusieurs reprises, avec acharnement, jusqu'a ce que celui-ci s'effondre sur le côté, sans vie.
L'esclave, couverte de sang et terrifiée se recroquevilla contre le mur.
Son maitre ne leva pourtant pas une seule fois la main sur elle.
Il pleurait comme un enfant devant son crime, gémissant a l'encontre de Sylla :

-Je t'ai vu… Je t'ai vu prendre du plaisir ! Je t'ai vu gémir ! Comment as-tu pu ? Comment as-tu pu quand je t'aime comme je t'aime ? Comment as-tu pu jouir avec lui ?!?!

C'est ainsi que nous l'avons trouvé, dans sa demeure, alertés par les cris d'une autre esclave qui avait découvert la scène. La jolie fille, objet malgré elle du drame, ainsi que tous les autres esclaves du criminel seront vendus au marché, et sa maison ainsi que le reste de ses effets seront mis a prix dans la semaine qui viens...


___________________________________

Chronologie :
  • -96 : Naissance de Sylla a Rome, dans une noble villa. Sa mère ne lui dira jamais qui est son père, et elle pense qu'il s'agit sans doute d'un maitre ou d'un autre esclave.
  • -88 : Plus élevée par d'autres esclaves que par sa mère, Sylla est vendue a une autre maison, a la campagne.
  • -82 : Sylla est acheté par un nouveau maitre, fasciné par sa beauté. Elle devient sa maitresse, ainsi que celle de son jeune fils, du même âge qu'elle.
  • -80 : Sylla est revendue quand le fils de la maison ou elle vivait se met en tête de l'affranchir et de l'épouser. Elle entre au service d'un couple où elle devient l'amante du mari comme de la femme.
  • -79 : Sylla est acquise par un usurier après que la femme de son ancien maitre ai tué son époux lors d'une crise de jalousie. Le nouveau maitre de Sylla promet de lui offrir sa liberté si elle le paie avec son corps.
  • -78 : Le maitre de Sylla assassine son meilleur ami après que celui-ci ai couché avec elle. Il est arretté, et elle est revendue a une autre maison romaine.
  • -75 : Sylla est acheté a prix d'or par un riche marchand qui tombe amoureux d'elle. Il l'emmènera sur les routes avec lui où il sera assassiné par des brigands. Après avoir couchée avec eux, elle échappe aux voleurs et se rend seule jusqu'à la cité de Capoue.
  • -74 : Elle est a nouveau vendue au marché aux esclaves de Capoue....


Moralité : - décris en quelques lignes la moralité de ton personnage (douteuse, sans-faille, etc.) -
Presque toujours calme, Sylla est d'un tempérament sage, patient et effacée.
Elle cherche la plupart du temps à ne pas se faire remarquer, évitant de regarder les gens dans les yeux, baissant le regard par humilité. Elle semble être plus résigné que dévouée, n'ayant aucune véritable passion ni attachement.
Elle est discrètement gentille, attentionnée, et par dessus tout appliquée. Elle a le caractère d'une enfant qui cherche à bien faire.
Elle n'est pas parfaite, et fait parfois des maladresses, ou ne fait pas les choses assez vite, ou assez bien, mais elle fait toujours de son mieux pourtant, en s'appliquant.
Humble servante, elle a tendance à ne jamais blâmer autrui pour les choses qui lui arrive, se blâmant elle même, ou considérant les voies de la destinée pavée par les Dieux au delà de son entendement plutôt que de chercher à attribuer des reproches qu'elle n'est pas en position de pouvoir adresser.
Elle ne garde ainsi aucune amertume envers ses parents ou ses anciens maitres.
Elle prie souvent les Dieux silencieusement, bien qu'elle n'ai que rarement les moyens de leur faire des offrandes.
Elle n'a jamais rêvé à une autre vie qu'à celle qui lui est imposée. Elle n'a jamais songé la mériter. Elle est née esclave, et, malgré les promesses de certains de ses anciens maitres, n'a jamais aspiré à la liberté, n'imaginant pas une seule seconde ce qu'elle pourrait en faire.
Elle trouve son confort dans l'obéissance, dans le dévouement a ses taches.
Elle ne sourie pas très souvent, mais n'est pas d'un naturel malheureuse pour autant, son absence de sourire étant plutôt une de ses armes pour ne pas se faire remarquer. Elle a pourtant un sourire d'une grande fraicheur, d'une grande simplicité et d'un grand naturel, qui la rajeuni et l'illumine lorsqu'elle s'y laisse aller.
Elle est d'un naturel simple, presque crédule, obéissante par réflexe et par éducation, elle a tendance à croire tout ce qu'on lui raconte, sans chercher à comprendre.


Description à volonté :
Sylla est d'une incendiaire beauté, de celle qui poussent les hommes à l'obsession. Son apparente innocence et fragilité leur donne envie de la protéger, et de la souiller a la fois. Ses yeux, bleus-jaune, qu'elle évite de dévoiler, toujours tête baissée, sont sa plus grande arme. Ils subjuguent et rendent fous les hommes, son regard étant capable, malgré elle, d'embraser de désir n'importe qui.
Comme toute bonne romaine élevée dans la cité éternelle, Sylla est toujours parfaitement propre, prenant grand soin de se laver très souvent, et d'être d'une hygiène parfaite.
D'une taille plutôt discrète d' 1,57m, pour 47kg, Sylla a la peau laiteuse d'une pure romaine qui ne travaille guère sous le feu ardent du soleil d'Appollo.
C'est seulement en observant ses yeux, légèrement plus bridés que ceux de la plupart des romains, que l'on peux déceler en elle une ancêtre venue d'au delà des murs de la cité.
Elle a la taille fine d'une esclave a peine nourrie, des jambes et des bras si fins qui semblent fragiles, n'étant pas saillant de muscles comme peuvent l'être les bras et les jambes d'esclaves qui travaillent aux champs ou à des tâches de force.
Sylla est pourvu de fesses fermes, rebondies, comme ceux d'une adolescente, et de magnifiques seins blancs légèrement lourds, fermes, eux aussi, témoins de son arrogante jeunesse.
Contrairement à la plupart des esclaves, le corps de Sylla semble vierge d'aucune marque ou blessure. Elle n'a jamais été fouettée ou battue, tout du moins, pas depuis sa toute petite enfance, pour des sottises ou maladresses de nourrisson. On ne lui a jamais confié des taches trop lourdes ou elle aurait pu se blesser, n'ayant visiblement pas la carrure pour cela. Et on ne l'a jamais punie pour avoir subi des assauts auxquelles elle n'avait pas le droit de se dérober.
Seule la plante de ses pieds trahissent quelques blessures à force de marcher.
Ses fins cheveux bruns noisettes, qu'elle n'a jamais coupé, ni pris le soin de sculpter en coiffure, ne descendent qu'un peu en dessous de ses épaules, n'ayant jamais poussé assez pour pouvoir couvrir ses seins...




Pour mes statistiques, comment es-tu arrivé sur l'I.Ro. ? Via un autre forum partenaire...

Quel âge as-tu ? (ou une tranche) 22...

Et enfin, quelle est la clef du règlement ? Hestia...

Des choses à ajouter sur toi ou sur ton personnage ?
Sylla est en réalité, bien qu'elle l'ignore, la fille d'Himéros, Dieu du désir, compagnon d'Eros, Dieu de l'amour, fils de Venus...
Sylla est, a son insu, la déesse de la débauche.
Elle n'a jamais connu l'Olympe, ni croisé de Dieux, jusqu'alors.
Comme beaucoup d'orphelines, elle a bien sur déjà songé pouvoir avoir une divinité comme géniteur, ceux-ci étant connus pour abuser des mortelles avant de les abandonner en couche. C'est la raison pour laquelle elle n'est guère pieuse, n'attendant rien des Dieux. Lorsqu'elle y songe, elle s'imagine plus maudite que bénie, le destin des descendants divins étant toujours tragiques.
Elle n'aspire qu'a une vie paisible et simple d'esclave docile...

Qui est représenté par ton avatar ? Elizabeth Marxs...


 




Déesse des désirs secrets
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 129



Sylla

░   Lun 19 Nov - 13:07   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Je pense avoir fini ma fiche...
Dites-moi si ça vous va, si vous voulez que je change des choses, où que je fasse plus de lignes...
Je peux, hein... Juste... Dites-moi... N'hésitez pas...
Je suis nouvelle, je veux bien faire...


 




Reine de l'Arène
Reine de l'Arène
avatar
Originaire de : Perse
Dn : 339
Esclave de : M. Valerius Serenus



Shiva

░   Jeu 22 Nov - 20:16   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Déjà Bienvenue à toi dans notre cruelle et magnifique Capoue où les messages secrets ne passent pas toujours (vilain Papa lick )

Je n'ai pas vraiment de remarques à te faire quant au contenu de ta présentation, tout y est. Le fait marquant est un peu cours mais bien présenté donc ça ne pose pas de problème. Le nombre de lignes n'est pas un obstacle ici, écrit tant que tu veux, le principe est de se faire plaisir.
N'empêche la galère, pas facile de voir tout le monde se faire tuer quand t'as même pas le droit de jouer toi même du couteau *shiva l'amazone:ON*

Maintenant, je vais te passer à la marmite et chauffer le tout (pas facile, facile):
"Il est l'heure pour Sylla d'être victime de sa propre beauté. A Capoue, le vice est partout, mais les Dieux aussi. Tu en rencontres un et malheureusement pour toi, pas le plus sensible à tes charmes. Lui ce qu'il veut c'est ta mort surtout, parce que, trop de dieu à Capoue tue le Dieu, et bien entendu, celui là sait bien qui tu es... Ta mère le lui a déjà murmurer dans le royaume des morts... Que fesses-tu pour lutter contre le vilain Hadès?"




Spoiler:
 
 




Déesse des désirs secrets
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 129



Sylla

░   Jeu 22 Nov - 22:26   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Je suis cuite, là, au dirait ! diab
Un Dieu veux me tuer ??? (Au fait, ma mère n'est pas morte, merci pour elle !) ange

Hadès, faute de pouvoir profiter d'elle, piégé comme il est dans un corps d'enfant, jalouserait-il les charmes du corps de la pauvre esclave au point de vouloir la tuer ? L'absence de Perséphone a-t-elle poussé sa frustration au point de la changer en haine meurtrière ?
Ou bien veux-t-il simplement la tuer parce qu'il voit en elle une déesse, avide de pourfendre a nouveau une divinité, quelle qu'elle fut ?

Si Sylla est elle même sans défense, on peux sans nulle doute croire que pour la sauver, bien des hommes et même des femmes s'offriraient en sacrifice.
Sans avoir conscience de sa propre nature, ni de celle réelle de l'enfant, on pourrait se demander comment et pourquoi la jeune esclave pourrait se méfier et tenter d'échapper au simple contact d'un enfant ?
Une première esclave, déjà tombé sous le charme de la docile Sylla remarquera sans doute le jeune Hadès, et, le reconnaissant pour l'avoir déjà vu emporter un de ses proches parents, et la préviendra, lui intimant de fuir.
Sylla, peu habituée aux manifestations surnaturelles songera que l'enfant est victime d'une quelconque maladie ou affliction contagieuse et mortelle qu'il dissimule sous sa capuche.
Souvent les esclaves étaient victimes d'épidémies, la plupart, a l'inverse d'elle, n'ayant que fort peu d'hygiène.
Ne sachant pas après qui il en a, tout un groupe d'esclaves s'enfuira a l'alerte donné par la première esclave, qui sera sans doute aussi la première victime de l'enfant. La première esclave s'étant jeté sur lui, armée d'un baton afin d'obtenir vengeance pour son parent, tout en sachant qu'elle ne ferait pas le poids.

Sylla, ne comprenant pas vraiment, n'assistera pas a la scène qui ralentira le Dieu incarné, et elle sera entrainé par les autres esclaves, plus particulièrement par l'un d'eux, a la peau noire, déjà fort épris d'elle. Le groupe d'esclave se dispersant telle un troupeau de gazelle devant l'assaut d'un lion, l'esclave noir restera avec elle, cherchant a la protéger.
Sylla n'étant pas une grande athlète aura bien du mal a courir avec lui, a travers ces ruelles inconnues, en pleine nuit, et il du s'imposer de ralentir le pas pour ne pas la distancer, pour rester avec elle.
Il remarquera alors que l'enfant les suivait toujours.
Un autre aurait pu penser qu'il venait pour lui, mais l'esclave compris instinctivement qu'il était là pour Sylla. Elle était trop belle, trop pure, trop fabuleuse pour qu'il puisse en être autrement.
Il ordonnera alors a Sylla de continuer, de fuir, lui disant qu'il la rattraperait.

Sylla protestera :

-Mais ce n'est qu'un enfant !!

L'esclave lui criera a nouveau de fuir !
Elle s'exécutera alors, fuyant malgré elle a travers les ruelles, se perdant dans le dédale de cette ville qui lui est encore inconnue, tandis que cet homme, qu'elle ne connaissait qu'a peine, ne l'ayant rencontré que quelques heures auparavant, allait pour elle littéralement faire face a la mort.
Sylla la maudite avait cet effet là sur ses amants, sur tous ceux qui tombaient sous son charme, elle les amenait inexorablement toujours a leurs pertes de tragique et violente manière.
L'homme dont elle ignorait jusqu'au nom fit face a l'enfant et, lui disant qu'il avait compris qui il était, offrira sa vie, en échange de celle de Sylla.
Déclamant qu'il accepterait de le suivre, de mourir, pour qu'elle soit épargnée. Une vie, pour une vie, dira-t-il, tendant la main vers l'enfant.
Au tout dernier instant, l'esclave a la peau noir fermera les yeux et visualisera le visage doux, souriant et apaisant de Sylla…


Et si ça ne suffit pas...

Si les charmes de Sylla semblent sans effets sur le jeune garçon, provoquant sans doute en réalité l'effet inverse de celui qu'elle a sur la plupart des gens, la haine au lieu de l'amour, faute de pouvoir l'aimer comme un homme, il n'en allait pas de même pour sa créature. Le jeune loup qui accompagnait le sombre enfant sembla en effet se prendre d'affection pour la belle Sylla, qui d'un geste, d'un sourire, parvint a faire taire ses grognements.
Docilement, le loups vint lécher la main de le jeune femme, venant lui demander des caresses, de l'affection, qu'elle lui prodigua timidement.
Sylla continuait de caresser la bête quand le sombre garçon les rejoignit. La bête sembla lui faire signe de fuir, avant de barrer le chemin a son propre maitre, l'implorant du regard de laisser partir celle-là…


Et si ça ne suffit pas…

Sylla n'en pouvant plus de courir, surtout sans vraiment comprendre pourquoi, s'assiéra au fond d'une impasse, cherchant a reprendre son souffle. Elle verra d'abord s'approcher le jeune loup, et l'accueillera avec un sourire et des caresses, comme on accueille un chat ou un chien qu'on a l'habitude de caliner. Elle le cajolera affectueusement avant de voir la silhouette de l'enfant s'approcher.
Elle le verra alors pour la première fois nettement. Jusque là, tous l'avaient vu pour elle, tous lui avaient crier de courir et l'avaient pousser en avant. Elle n'avait pu qu'en voir sa silhouette lointaine, simplement comprendre.
Comme il s'approchera davantage, elle pourra mieux distinguer les traits de son visage. Ignorant tout de son état de déesse, de ses pouvoirs, et l'identité du petit, elle ne comprendra pas vraiment ce qu'elle verra. Elle verra bien que quelque chose n'est pas normal, une aura de danger, de folie, de maléfice et de tenèbres pures… Et pourtant, a mesure que l'enfant au sourire cruel s'avancera vers elle, malgré ses instincts qui la previendront clairement de la nature dangereuse de cet être, elle aura de moins en moins peur.
C'était la peur des autres, contagieuse, qu'elle avait ressenti jusque là. Mais seule face a Hadès, elle ne tremblera pas, ne frissonnera pas, lui sourira gentiment, tendrement, comme a un petit frère.
Sans doute croiera-t-elle toujours qu'il ne s'agit là que d'un pestiféré, un être rejeté et craint a cause de sa maladie ou d'une difformité cachée, mais elle n'est pourtant pas naïve au point de croire les enfants tous innocents, ou incapable des pires violences et cruautés. Elle avait gardé des enfants pour certains de ses maitres, et les savait capable du pire, capables d'agir sans conscience ni remords avec une cruauté inégalée.
Et pourtant, malgré tout cela, elle lui sourira.
Sans doute a cause du loup. Le jeune loup, qui lui appartenait visiblement, et qui ne semblait ni souffrir de malnutrition, ni de blessures et de coups. Il était presque impossible de dresser un loup. Si l'enfant y était parvenu, qui plus est sans lui faire de mal, dans ces rues, c'est qu'il devait avoir une part de lui que nul autre n'avait vu jusqu'à présent.

Sylla, cessant de caresser le loup, tendant les mains vers lui calmement et gentiment, accueillera Hadès dans ses bras. Elle blottira et cajolera contre elle, telle une mère, le Dieu froid et féroce qui n'avait jamais connu l'affection d'aucuns parents, dévoré par son père puis exilé en enfer loin de ses frères et de tous ses neveux.
Lui dont tous, toujours, ont fuis l'étreinte et le simple contact, lui qui, pour se trouver femme, du l'enlever de force autrefois...
Elle lui offrira l'affection d'une soeur, la chaleur aimante d'une présence maternelle a lui, et a travers lui, a cet enfant orphelin que son affliction, sa fragilité, avait longtemps privé de ce simple geste de tendresse et d'amour, par crainte de le briser.
Elle le gardera contre elle longuement, fermant les yeux. Elle n'y prétera pas attention, mais elle ne touchera en fait pas directement sa peau.
Après quoi, s'excusant d'être une esclave, elle se proposera quand même de l'aider a trouver quelque chose a manger, pour lui et son loups…


Et si ça ne suffit pas…

Ben, il la tue. twisted Evil C'est Hadès. A la fin, c'est lui qui a toujours le dernier mot, de toutes façons.
On peux toujours courir, il nous rattrapera toujours.


 




Reine de l'Arène
Reine de l'Arène
avatar
Originaire de : Perse
Dn : 339
Esclave de : M. Valerius Serenus



Shiva

░   Jeu 22 Nov - 23:21   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
L'idée est très bonne! Et tu respectes bien la situation d'Hadès, i'm enjoy aww
Par contre, je ne comprend pas pourquoi tu écris tout au futur, c'est un style que tu utilises ou c'était juste pour la réaction à chaud?

En soi, c'est original, mais dans ce cas, il vaut mieux que tu n'utilises qu'un seul temps. Ici tu mélanges dans un passage le passé et le futur pour décrire une même action dans une même période et c'est très troublant, voir gênant. Je te conseille de choisir un seul temps ou de séparer bien clairement les passages au passé et ceux au futur ahoy

Bon allez, validey!! Je vais te mettre tes couleurs et te donner ton denier misérable esclave! claus



Spoiler:
 
 




Déesse des désirs secrets
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 129



Sylla

░   Jeu 22 Nov - 23:29   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
C'était juste pour la réaction a chaud !
Je suis pas habituée aux "réactions a chaud", je savais pas trop ce qu'il fallait faire... Et je me suis un peu embrouillée...
Normalement, les RPs, je les écrits presque toujours au passé...
Seulement quelques fois au présent... Mais jamais au futur !

En tous cas, merci !

pompom Yéhé !!!


 




 
avatar
Originaire de : Thrace
Dn : 58
Esclave de : Cassius Cornelius Sulla



Aylin

░   Ven 23 Nov - 2:25   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
On peut poster maintenant non ? Je me demande à chaque fois du coup j'ose jamais, mais allé, je me lance et si je finis fouettée je... j'aimerais ça parce que je suis maso. work

BIENVENUE DOUCE ET DOCILE SYLLA
Je dirais pas loin d'être mon contraire mais ne dit on pas que les contraires s’attirent ou satire, je ne sais plus trop bien (oui bon les blagues et autres jeux de mots à 2 balles, il faut que j'arrête, je sais, mais il est tard. Bref, amuses toi bien parmi nous et peut-être (ce serait avec plaisir) dans notre maison heu pardon, le Domus des Sulla. (Je vais me faire taper sur les doigts, ou pire ! ...)


    Si ce n'est pour mon peuple, alors je me battrais pour moi.


Spoiler:
 
 




Invité



Invité

░   Ven 23 Nov - 7:41   ░


 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Bienvenue à toi m'dame !

Voilà une esclave qui plaira vraisemblablement à Vivi ! Un corps nouveau qu'il ne connait pas encore, de quoi l'intéresser

Au passage, il serait aussi intéressant de savoir si des gladiateurs seraient eux aussi intéressés par une esclave ou une femme, afin que leur propriétaire en fasse l'acquisition et qu'ils puissent RP ensemblent dans le ludus où ils se trouveraient (relation cachée ou pas, toussah toussah)
 




Déesse des désirs secrets
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 129



Sylla

░   Ven 23 Nov - 8:50   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Merci... coeur


 




Invité



Invité

░   Ven 23 Nov - 12:35   ░


 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Bienvenue à toi jolie esclave.. coeur
 




Déesse des désirs secrets
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 129



Sylla

░   Ven 23 Nov - 17:03   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Sylla   Ψ
Merci... Bisou ! coeur


 








Contenu sponsorisé

░      ░


 
 
Ψ   Sylla   Ψ
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Iliade Romaine ::  :: - accéder à la catégorie - :: Recueil des fiches validées-