AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 




Cacahuétoman
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Dim 6 Mai - 2:14   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Wito   Ψ
Groupe d'appartenance : Esclaves

Identité complète : Wito ( Anciennement Rosaecae Lautus : Le Riche, un surnom purement ironique en référence a sa constante pauvreté.)

Origine : Né a Rome.
Liens de parenté : Aux dernières nouvelles : une mère et un père citoyens, qu’il n’a plus revu depuis ses 17 ans, et qu’il a presque oublié.


___________________________________

Récit d'un fait marquant : A la suite.
- as-tu bien lu le règlement avant de te lancer ? -


___________________________________

Chronologie :
  • -111 : Naissance a Rome.
  • -94 : Entre dans l’armée romaine, est envoyé en Germanie après avoir frappé son supérieur.
  • -91 : Déserte durant une escarmouche, est signalé mort.
  • -91 : Est capturé par des Germains.
  • -90 : Est vendu comme esclave a un riche marchand d’hommes. Sur le long voyage de retour vers l’Empire, le convoi est attaqué aux alentours de Massilia , Wito est de nouveau fait prisonnier, par des bandits cette fois.
  • - 89 : Est vendu en tant qu’esclave a un riche entrepreneur agricole dans la région de la plaine du Po.
  • - 86 : Est emprisonné pour le meurtre de son dominus, le préfet en charge de la ville, en manque d’argent, le vend a prix d’or pour les jeux du cirque de Rome, profitant de sa carrure pour le faire passer pour un gladiateur professionnel et redoutable.
  • – 85 a – 80 : renoue avec le combat dans l’arène, se taille une bonne réputation, sans jamais faire montre de tout ses talents martiaux.
  • – 79 : Tue Le Ducce, Gladiateur maitre de l’arène promis a l’affranchissement, Wito est affranchi a sa place.
  • – 78 a -75 : GROS problèmes de dettes.
  • – 74 : Peu de temps avant l’arrivée de Livia, Wito quitte Rome dans l’espoir de s’éloigner de ses détracteurs, pour se faire oublier, se mettre au vert. Malheureusement, il part à Capoue.
    Deux mois après son arrivée il se fait capturer « légalement », et a cause de ses dette prend le statut d’esclave au service de son principal débiteur qui l’envoi dans l’arène dans le but de le faire tuer.



Moralité La moralité de Wito est disons… Affective, il pense comme un fauve : sa loyauté va de paire avec son respect.
Il est loyal envers ceux qu’il aime bien, quant aux autres…
Sinon, on pourrait le qualifier d’intègre, d’honnête (trop même) de grande gueule, joueur invétéré, buveur social et malchanceux.

Description à volonté : Turbulent, violent, éruptif, colérique et ayant beaucoup de mal a ravaler son orgueil ; couplez cela avec une carrure d’ours, une force extrême et une résistance a la douleur plus que surprenante et vous obtenez la raison expliquant le fait que ses nombreux maitres s’empressaient de le vendre souvent peu après son acquisition.
Son caractère violent et fortement indépendant n’étant guère compatible avec l’esclavage, il n’a jamais hésité à frapper ses geôliers, et peu importe les blessures physique et les punitions : de par sa composition et son temps passé dans le nord, sa résistance morale est tout bonnement effarante et effrayante.

Physiquement, le mot « grand » peu être qualifié de réducteur : l’homme est vraiment TRES grand, frôlant les deux mètres pour près de deux cent soixante dix livres [> de 120 kilos] (et ceux malgré sa nourriture assez chiche et pauvre) il dispose d’un corps de germain depuis sa naissance, capable de briser un crâne a main nue, et ses voyages forcés n’ont rien fait pour lui faire perdre ses muscles ; les longs cheveux bruns qui battent ses épaules renforcent encore l’impression de sauvagerie qui se dégage de lui et ses yeux noirs d’un marron sombre totalement inexpressifs mettent a mal bon nombre de personnes, esclave comme dominus.
Sur son épaule droite se trouve une grosse cicatrice disgracieuse, a l’endroit ou lui-même s’est arraché la peau plutôt que de porter le nom de celui qui se voulait son maitre et qui a finalement trépasser.



Pour mes statistiques, comment es-tu arrivé sur l'I.Ro. ? J’ai suivi Livia very happy

Quel âge as-tu ? (ou une tranche) XVIII

Et enfin, quelle est la clef du règlement ? PAPA ! Nan en fait je n’en ai aucune idée, mais si je me réfère à la fiche de Shiva, ça devrait être Artémis, non ?

Des choses à ajouter sur toi ou sur ton personnage ? On a des cheveux !






« As-tu un quelconque moyen de régler ta dette envers Septus ici présent ? »

Le préfet se prît l’arête du nez entre le pouce et le majeur et soupirât ; il avait mal dormi la veille, a cause d’une dispute avec sa femme (cette dernière avait finalement découvert où il passait ses soirées de « travail » et cela ne lui avait pas plût, pas du tout.), il avait mal a l’estomac et une migraine commençait à pulser derrière ses yeux a force d’entendre le prévenu hurler et agiter ses chaines de manière menaçante.
Il aurait tout donné pour seulement une demi heure de pause, et un quignon de pain (car il n’avait pas non plus eut le temps de manger ce matin) mais non, son rôle lui ordonnait de rester fidèle au poste, tant que l’affaire ne serait pas classée.
Et ça risquait de ne pas être pour tout de suite car malgré son apparente simplicité, l’affaire trainait en longueur, et il ne fallait pas chercher loin pour trouver le responsable de se ralentissement : l’accusé.

Le préfet redressa a contre cœur la tête et posât son regard désespéré sur le géant hirsute et enragé en face de lui :

« Si vous arrêtiez de hurler ça serait plus simple pour tout le monde… »

L’homme en question interrompît ses cris et fixât l’homme de loi de son regard noir, c’était difficile a dire, mais il semblait a Quintus (car tel était le nom du préfet) qu’il y flottait une lueur d’amusement sadique :

« J’arrêterais de crier quand ma liberté légitime me sera rendue ! Je n’aime pas qu’on me réveille a coup de bâton pour me trainer de force devant un tribunal avec lequel je n’ai rien a voir. »

Un garde, le plus amoché de la demi-douzaine de personnes qui avaient visiblement été chargées de récupérer le prévenu hochât sa tête couverte de bleus en se massant la nuque :

« Je confirme, il n’aime pas qu’on le réveille. »

Il sourît pitoyablement au préfet, qui pût remarquer alors qu’il lui manquait aussi deux dents de devant ; finalement il n’avait peut être pas eût la matinée la plus difficile…

« - Et pour répondre à votre question, non, je n’ai rien pour rembourser cet enfoiré de Septus, il m’a déjà tout pris !

- C’est donc pour cela que vous êtes presque nu…?
- Ne vous moquez pas ! j’ai été obligé de vendre mes affaires pour rembourser mes dettes !
Ce fût le moment que choisit le dénommé Septus pour intervenir, surgissant de ses gardes comme un serpent des rochers, le petit homme grassouillet vînt se placé devant Wito, et pointât sur lui son petit index boudiné :

- Ne te moque pas de moi crevard ! Je n’ai jamais vu la couleur d’un seul denari de ta part ! A mon avis il a dû vendre ses loques pour s’acheter a boire ! Il pue la vinasse ! »

Quintus trouvait cet homme excessivement désagréable, avec ses marnières perchées, ses doigts recouverts de bagues clinquantes, et sa voix nasillarde d’enfant gâté, aussi fût-il assez content de voir le bond qu’il fît ainsi que sa mine effrayé lorsque Wito fît mine de lui sauter dessus malgré ses chaînes.

Se remettant tant bien que mal de ses émotions et ignorant superbement les ricanements de ses hommes, le petit gros hurlât de son insupportable timbre d’adolescent :

- Il est fou ! Il est dangereux ! Il faut l’abattre ! Sa voix partait ridiculement dans les aigus a cause de l’émotion.
- Ne soyez pas ridicule, on ne condamne pas les gens a mort pour des dettes.
Il vît néanmoins l’expression satisfaite sur le visage du géant enchainé et crût bon de lui ôter ses espoirs :
- Ce n’est pas la peine de sourire comme ça, si vous ne pouvez pas payer, vous allez finir en esclavage, avec pour dominus Septus ici présent.
Jamais Quintus n’avait vu un visage se décomposer si vite, c’est comme si tout le sang présent dans la face de Wito passait dans celle de Septus, lequel retrouvât instantanément sa superbe et son orgueil :
- Tu entends ça mon ami ? dit-il au future esclave, en gardant néanmoins ses distances, que dirais-tu de préparer mes affaires le matin ? De me masser ? Et de me satisfaire quand l’envie me prend ?

Quintus fronçât les sourcils de dégout, c’était un sort qu’il ne souhaiterait pour personne, mais il n’avait pas le choix : dura lex sed lex.
Mais le regard qu’il vît chez Wito l’assurât que jamais Septus ne le laisserait s’approcher de lui : si l’on pouvait tuer en fixant quelqu’un, alors Septus aurait sans doute connu une mort atroce.

- Dis-moi Septus, sais-tu ce qui est arrivé au dernier homme qui s’est prétendu mon maître ?

Bien sûr qu’il le savait, il était des choses que l’on ne pouvait ignorer, des rumeurs de taverne qui se recoupait avec les paroles des soldats et des marchands étrangers ; Quintus était pour sa part au courant du meurtre commis par Wito grâce a sa fonction, et aux dossiers qu’il pouvait consulter quand bon lui semblait, et il ne doutait pas que lorsqu’il avait prêté son argent au bougre, Septus s’était empressé de recueillir autant d’information que possible sur lui.
Justement, le plantureux noble fît un pas en arrière, signe qu’il avait bien compris la menace sous jacente dans les propos du futur condamné.
Sentent l’atmosphère s’alourdir, et pressé de mettre un terme a cette séance interminable, Quintus se levât et prononçât son verdict :

- Et bien, puisque le prévenu est dans l’incapacité de rembourser ses dettes envers Septus Allus Magnus, je condamne Wito ici présent a la perte de tout ses droits et noms, a présent, tu seras esclave au service de ton créancier. La justice est rendue. »

Fier, et heureux de pouvoir enfin se dégourdir les jambes, il congédiât ses clients, et même lorsqu’ils passèrent le seuil de la porte, il aurait été bien en mal de savoir lequel des deux était le moins content de son sort… Du moins jusqu'à ce qu’il entende :

- Hé Septus, dis un truc, ta femme, elle se teint toujours la chatte en blond ?
S’en suivît un cri outré, et la dernière chose qu’entendis le préfet avant que soit sortit le dernier garde, et que se soient refermés les lourds battant d’ébène de son bureau fût : « L’Arène ! Tu crèveras dans l’Arène ! »


[HRP : Je viens de faire un sprint pour l'histoire, soyez indulgent je l'ai faite en 1 heure, a 2 heure du matin X_x ]
 




Cacahuétoman
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Dim 6 Mai - 14:27   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Wito   Ψ
Salut Wito ! Bienvenu parmi nous !

C'est une fiche correcte que tu as là, je ne vois pas d'incohérences sans doute quelques fautes de frappe, mais pas suffisamment pour t’empêcher de èrepéter...

Bref, plus qu'un pas avant la validation : La réaction a chaud ! Cependant je laisserai un autre membre du staff te donner cette épreuve, vu que je/tu te/me connais trop bien , il n'y aurait pas de challenge !
 




Serpent mystique
Serpent mystique
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 7530
Domina de : Ioanna



Livia Octavia Sestia

░   Dim 6 Mai - 19:40   ░

Voir le profil de l'utilisateur http://liro.forumactif.fr/  

 
 
Ψ   Wito   Ψ
Lol ! Bon je vais tenter de me lancer pour la réaction à chaud mais je ne te promets rien. En tout cas, tu en as mis bien du temps pour nous pondre une si "jolie" histoire ^^ j'aime déjà énormément ton personnage.

Alors... Admettons que tu aurais été condamné à mort pour tes actes et ton attitude, comment aurais-tu réagi face à ces hommes ? Est-ce que tu te serais adouci et aurait demandé clémence ou aurais-tu continué sur ta lancé de barbare ?
 




Cacahuétoman
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Lun 7 Mai - 3:30   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Wito   Ψ
Je pense que tout d'abord j'aurai tenté de les adoucir, allant jusqu'a mentir en prétendant que mon ancien dominus m'aurait attaqué, qu'il aurait voulu me tuer, et que même si c'était son droit, j'aurai dans un simple réflexe de conservation, mis fin a ses jours.
J'aurai ensuite fait croire que je m'en voulais, et que si j'étais promis a la mort je préférais que ce soit dans l'arène, où je pourrais une dernière fois me rendre utile... (bien évidemment, tout ceci dans le but unique de remettre a plus tard mon évasion)
Après, si ça marche pas, plutôt crever tué par six gardes romains en tentant de s'évader que exécuté sur la place publique !
 




Big-big dominus
avatar
Dn : 148



Panem & Circenses

░   Lun 7 Mai - 4:00   ░

Voir le profil de l'utilisateur http://liro.forumactif.fr  

 
 
Ψ   Wito   Ψ
C'est parfait tout ça, espèce de petit sournois !

J'ai envie de te mettre indigent parce que je pense qu'ils t'auront dépouillé de tous tes biens, es-tu d'accord ?


C'est moi l'plus grand,
C'est moi l'méchant,
L'roi des titans !

Call me Papa  cool
 




Cacahuétoman
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Lun 7 Mai - 4:40   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Wito   Ψ
Evidemment ! Merci merci !
 




Big-big dominus
avatar
Dn : 148



Panem & Circenses

░   Lun 7 Mai - 4:47   ░

Voir le profil de l'utilisateur http://liro.forumactif.fr  

 
 
Ψ   Wito   Ψ
Alors voilà ta pièce. Et un paquet de cacahuète format viking parce que tu es poilu et que je t'aime bien.

Bon jeu wave


C'est moi l'plus grand,
C'est moi l'méchant,
L'roi des titans !

Call me Papa  cool
 




Cacahuétoman
avatar
Originaire de : Rome
Dn : 95
Esclave de : Septus Allus Magnus



Wito

░   Lun 7 Mai - 7:37   ░

Voir le profil de l'utilisateur

 
 
Ψ   Wito   Ψ
Ouh des cacahuètes very happy ! J'en vais plus !

Merchi grand modo des modos :B
 








Contenu sponsorisé

░      ░


 
 
Ψ   Wito   Ψ
 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Iliade Romaine ::  :: - accéder à la catégorie - :: Recueil des fiches validées-